Aujourd’hui, en ce début d’année 2024, nous sommes aux balbutiements de l’Intelligence Artificielle (IA). Certes elle a déjà révolutionné de nombreux domaines mais qu’en est-il pour les bilans de compétences ? C’est ce que nous allons explorer dans cet article.

Qu’est-ce qu’un bilan de compétences ?

Un bilan de compétences peut être résumé comme un processus pendant lequel une personne va être accompagnée afin d’analyser tant ses compétences professionnelles que personnelles, en découvrant généralement ses aptitudes et motivations, ses forces et atouts, ses faiblesses et contraintes, ses besoins et envies … tout cela dans le but de définir un nouveau projet professionnel ou adapter l’actuel afin de s’épanouir pleinement.

Le bilan de compétences peut revêtir différents aspects : une confirmation ou une découverte de soi, un tremplin ou un point de départ, une exploration ou un approfondissement… il est certain qu’il va amener à se poser beaucoup de questions et rebattre les cartes. Il y aura des moments d’inconforts et d’autres d’une grande sérénité afin d’aboutir à des décisions ou des confirmations.

Le bilan de compétences est extrêmement intéressant pour mieux se connaître et nous nous demandons si dans ce processus l’IA a un rôle à jouer ou pas ?

Le rôle de l’IA dans les bilans de compétences

L’IA a un vrai rôle à jouer dans ces bilans et peut être utilisée comme un outil supplémentaire. Mais il y a forcément des avantages et inconvénients à faire entrer un outil aussi performant et en perpétuel mouvement au sein des bilans de compétence.

Les Avantages de l’IA dans les Bilans de Compétences

  1. Plus de temps relationnel

L’IA permet d’optimiser certaines tâches et actions, libérant ainsi du temps pour la relation et l’accompagnement de chaque personne. Elle peut être utilisée pour identifier, formaliser, clarifier et articuler des compétences à partir d’un CV ou d’un projet professionnel. Ainsi elle permettra de gagner un temps précieux et laissera de la place à l’interaction humaine.

  1. Plus proche des besoins du marché

Grâce à l’IA, il est possible de garder la maîtrise sur les évolutions du marché à court et moyen terme ce qui peut aider à explorer les dernières tendances en lien avec le profil du candidat ou ses aspirations. Et de l’orienter au mieux vers une activité dont les besoins sont avérés ou au contraire de l’avertir des « dangers » du choix de telle activité selon les exigences du marché.

  1. Plus d’objectivité

Elle offre des algorithmes avancés qui évaluent les compétences et l’expérience des personnes de manière impartiale. Ainsi les biais sont diminués tout comme les préjugés. Dans cette étape, cela permet de diminuer toute subjectivité qui pourrait faire perdre l’objectif de vue et aussi de regarder dans les angles morts.

  1. Plus de disponibilité

L’IA est opérationnelle 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 contrairement à un professionnel qui a des jours et heures de rendez-vous déterminés. Cela peut permettre aux personnes de réaliser des tests en ligne ou des exercices aux heures, dates qui leur conviennent et sans se déplacer de chez eux ce qui est un avantage indéniable.

  1. Plus de rapidité

Elle permet de donner des résultats en temps réel et donc un gain de temps considérable ce qui facilitera certainement le processus du bilan. En effet certains tests réalisés en ligne donnent les conclusions sans temps d’attente, ainsi cela permet d’en débriefer en ayant encore en tête les ressentis au moment de la réalisation du questionnaire par exemple.

Des solutions utilisent déjà l’IA comme Pymetrics, HireVue, Knockri, Talview ou PrédictiveHire.

Mais ces solutions sont-elles une réponse idéale ? Nous ne le pensons pas, elles sont un outil à prendre en considération mais elle n’est pas sans inconvénients.

Les Inconvénients de l’IA dans les Bilans de Compétences

Cependant, l’IA présente également certains inconvénients pour le bilan de compétence et son exploitation au profit d’une personne spécifique.

  1. Manque d’empathie

Le bilan de compétence est souvent un moment charnière pour l’individu qui le réalise aussi l’IA qui est dépourvue d’empathie ne pourra remplacer l’humain tant dans la partie empathique qu’émotionnelle qui entoure ce processus. La personne qui vit ce chemin a besoin de se sentir entendue et comprise dans ce qu’elle est en tant que personne dotée d’émotions. Elle n’est pas un robot. Utilisée l’IA à outrance dans le bilan de compétence viendrait à déshumaniser le parcours et oublier notre humanité au profit d’une exigence mercantile.

  1. Manque de nuances

L’IA est performante grâce aux algorithmes mis en place. Toutefois elle manque forcément de la prise en considération de l’individu en tant que personne qui évolue dans un contexte social, familial, émotionnel, personnel et unique. Les conclusions ou recommandations doivent être individualisées au regard de tout cela, c’est impossible de ne pas en tenir compte si nous voulons que ce processus soit au plus près des attentes du bénéficiaire. Aussi la nuance et le contexte doivent impérativement être pris en compte pour permettre une adéquation entre résultat et attente. L’IA est objective mais peut-être un peu trop !

  1. Manque de réflexion critique

L’IA va proposer les solutions possibles et sans âme. Jamais la discussion, le discernement, le sens critique ne pourront avoir lieu.  Les décisions qui découleront de ce bilan doivent avoir été mesurées, pesées et évaluées en fonction de certaines subjectivités tenant à la personnalité, les valeurs, les contraintes du bénéficiaire. Aussi l’évaluation « des pours et des contres » ont toutes leurs places dans ce bilan afin de confronter les points de vue et d’observer les comportements aux objections ou aux nouveautés proposées. Chaque réflexion a son importance et permet d’ouvrir la pensée et le chemin des possibles.

Conclusion

En conclusion, l’IA a un impact incontestable sur les bilans de compétences et c’est indéniable. Elle permet d’ajouter de l’objectivité à certains endroits, prendre en considération certains angles morts et réduire des temps d’attente mais il est important de se rendre compte que c’est un outil et rien de plus.

Que chaque personne est unique et donc que l’approche doit être individualisée.

Que l’humain a une place primordiale et essentielle dans le bilan de compétences car il permet d’ajuster la théorie en observant tant les éléments objectifs que subjectifs tels que la communication non verbale, le contexte, l’environnement etc.

Que ces éléments doivent être interprétés constamment pendant tout le processus.

Et donc que l’humain est nécessaire au bilan de compétences. Certes il n’est pas parfait mais il ajoute les dimensions humaine, émotionnelle et relationnelle sans lesquelles le bilan de compétence n’aurait plus aucun sens.